5 choses à savoir avant de travailler à l'étranger

Partir travailler à l’étranger est un grand défi... Et, pour certains d'entre nous, surement le plus grand qu’ils n’auront jamais à affronter. Tu savais que selon le Boston Consulting Group, environ 60 % des salariés sont prêtes à déménager ? Pourtant, quand tu recherches des informations sur ce qu'il y a à savoir avant de déménager et commencer à travailler à l'étranger, il est difficile de trouver des expatriés qui écrivent sur leur propre expérience. De quoi a-t-on besoin avant de déménager dans un nouveau pays ? Comment réussir à obtenir un emploi à l'étranger ?

 

Nous sommes dans un bureau multiculturel, entourés de personnes représentant une vingtaine de nationalités – qui ont, pour la plupart, des amis qui vivent actuellement à l'étranger – et nous avons donc décidé de nous renseigner auprès d’eux, afin de répondre aux questions que tu te poses, et qui jusqu’à lors étaient restées sans réponse.

 

Après avoir mené l’enquête, nous avons choisi les points que nous estimons les plus importants de connaître avant de partir et les avons résumés dans cet article.

 

Voici les 5 points essentiels à savoir pour déménager, vivre et, surtout, travailler à l'étranger.

Choisir la bonne entreprise

Une fois que tu auras pris la décision de partir à l'étranger, assure-toi que ce n'est pas seulement sur un coup de tête, et du fait d’une opportunité, mais aussi pour l'emploi en lui-même et l’entreprise qui le pourvoi. Essaie de trouver une entreprise qui saura t’aider et t’accompagnera dans les différentes démarches administratives, la recherche d'un logement, et tous les autres impératifs inhérents à ton installation. Ce point est d’autant plus important si tu ne parles pas très bien la langue du pays en question. Le but ce n’est pas que ton déménagement tant attendu se transforme en cauchemar. Certaines entreprises ont du mal à trouver des talents internationaux, il se peut donc qu’elles t’offrent un forfait de relocalisation pour rendre le déménagement plus simple et agréable. Demande à la tienne si c’est le cas. Parfois, elles peuvent même te proposer de te loger pendant un mois, le temps de ton installation.

Tu ne sais pas encore si vivre à l’étranger pour une longue période est la bonne décision ? Pourquoi pas commencer par un stage? Il y a plusieurs raisons qui peuvent motiver ce choix. Déjà, un stage, c’est six mois, donc si finalement tu te rends compte que travailler à l’étranger ce n’était finalement pas fait pour toi, tu as déjà ton billet de retour, ce qui est tout de même rassurant, tu ne crois pas ? Ça te permettra aussi de prendre le temps d’en savoir un peu plus sur ta future entreprise, et le cas échéant, le temps nécessaire d’en chercher une autre, si jamais tu avais finalement décider de rester mais de changer d’entreprise pour quelle qu'en soit la raison.

Cependant, tu dois te renseigner sur l'entreprise à l'avance. Astrid, une expatriée française, nous a dit :


« Les stagiaires ne sont pas toujours traités de la meilleure façon qu’il soit. Il est possible que l’on nous demande d’envoyer des mails toute la journée, et par « envoyer des mails » je veux dire « corriger des mails », donc on ne les écrit même pas. »


Ce genre d'expérience peut ruiner ta perception de l'entreprise, et parfois celle que tu as de la ville ou même du pays. Et même s’il est vrai que tu ne peux pas vraiment te faire une opinion fidèle d’un pays en seulement six mois de stage, une mauvaise expérience reste une mauvaise expérience.

Assurances et numéros d'assurance

Tu t’es déjà demandé, quelles sont les assurances dont tu as besoin pour travailler à l'étranger ? Eh bien, tu n'es pas le seul... C’est certainement la plus longue, ennuyeuse et difficile des questions, peu importe le pays. Ils ont tous des formalités et des règles différentes, qui n’en finissent plus, que tu dois respecter à la lettre si tu veux être sûr d’être couvert. Robi, une expatriée Bulgare, nous a justement raconté :


« Si tu veux travailler au Royaume-Uni, assure-toi de demander le NIN (National Insurance Number), que tu ne peux demander qu'une fois que tu es dans le pays. Tu dois appeler pour pouvoir postuler et par la suite tu reçois une lettre pour un entretien. On peut éventuellement commencer à travailler sans, mais, tu dois le demander à ton entreprise au préalable et le donner à ton employeur dès que tu l'auras. »


En Allemagne, par exemple, tu dois t'inscrire à une assurance maladie dès ton arrivée. Le plus difficile, c'est que tu devras choisir toi-même ton assurance, et il y en a plein ! N'hésite pas à demander à ton employeur ou à tes amis, qui y vivent déjà, s'ils ont des conseils, et commence à faire tes recherches avant d’arriver, pour être sûr de ce que tu vas choisir.

Salaires et impôts

Ce n'est pas un secret, beaucoup de gens choisissent leur emploi en fonction du salaire. Si tu fais partie de ces personnes-là, n'oublie pas que le salaire moyen ainsi que le salaire minimum varient d'un pays à l'autre. En France, le SMIC (salaire minimum) est de 1 521,22 € par mois, en Allemagne il est un peu plus élevé avec 1 557,00 €, mais en Espagne il est très en-dessous avec 1 050,00 €. Tu sais déjà combien tu souhaites gagner et jusqu’où tu serais prêt à faire des compromis ? Pose-toi bien cette question quand tu décideras de partir à l'étranger pour un emploi !


Penser au salaire est crucial ! Au plus tard lors de tes entretiens d'embauche, les recruteurs t'interrogeront sur tes attentes. S'ils ne correspondent pas au salaire moyen dans le pays, tu devras t'adapter.


Tous ces chiffres se rapportent donc au salaire brut, ce qui nous amène au point suivant : les impôts. Bien évidemment, tu n’y échapperas pas, et les taxes ne sont jamais les mêmes d’un pays à l’autres. Ce qui veut dire que : ton salaire net ne sera jamais le même en fonction du pays où tu iras ! Il est important de le garder à l'esprit lorsque tu choisiras ta prochaine destination.

En parlant des impôts, Elena, une expatriée italienne à Francfort, a également mentionné quelque chose de très importante :


« Quand j'ai signé mon contrat pour un emploi en Allemagne, j'ai dû demander un numéro d'identification fiscale. Pour éviter de payer des impôts supplémentaires en Italie, j'ai dû m'inscrire au Consulat d'Italie à Francfort. Heureusement, les deux pays sont dans l'UE, sinon j'aurais dû remplir encore plus de papiers administratifs ! »


Enfin, le coût de la vie de certaines villes du pays que tu as choisi seront plus ou moins chères, donc la somme d'argent qu’il te restera après avoir payé ton loyer, tes assurances, etc. variera, parfois même, du simple au double. À ce stade, c'est à toi de voir : tu veux pouvoir économiser, ou le simple fait de vivre le moment présent te suffit ?

Occupe-toi de ton visa

Pour les citoyens non-européens, le visa est une part très importante de l'expatriation. Sans lui, tu ne pourras rien faire, et l'obtention d'un visa n'est pas facile, surtout quand tu as plus de 30 ans. Tu devras trouver en premier lieu un emploi, ou prouver que tes compétences sont nécessaires dans le pays où tu souhaites te rendre.

Un des expatriés que nous avons interrogés, un Néo-Zélandais qui travailles en France, n'a pas arrêté de nous parler de ce sujet, il voulait être sûr que nous comprenions à quel point un visa est important et difficile à obtenir ; et, ça prend du temps ! Tu dois donc commencer à t’y préparer plusieurs mois à l'avance.

C'est une question de passion


« Je pense, je dirais même, qu'il est important d'avoir une passion – pour le pays, sa langue, et le travail que tu y feras, et mieux pour tous ensemble. Parce que, déménager à l’étranger, n'est pas ce que l’on peut appeler « la voie facile », et si tu dois faire face à la jungle administrative ou aux différences culturelles, alors c'est toujours mieux d’avoir une bonne raison. »


C'est ce qu'Amélie a dit, une expatriée allemande en France – et nous savons tous que l'Allemagne est la mère de la bureaucratie. Mais elle nous parle d'une chose très importante : la passion. Si tu n'aimes pas ce que tu fais ou la ville où tu es, chaque barrière que tu rencontreras te semblera insurmontable et démotivante. Ainsi, assure-toi de ne pas prendre ta décision à la légère, et n'oublie jamais : une fois la paperasse réglée, tu vivras, enfin, cette vie que tu as tant désirée, dans la ville dont tu as toujours rêvé. Tu boiras du vin au bord de la Seine à Paris, avec une vue imprenable sur la Tour Eiffel, ou même dégusteras un verre de Sangria sur la plage de Barcelone, voire, tu flâneras dans les ruelles de Berlin, en mangeant ta currywurst en découvrant le meilleur street art que la ville peut t’offrir.

Alors, qu'attends-tu ? C'est l'heure de faire tes valises ! L'un des rares expatriés néerlandais que nous avons trouvés a eu quelques mots sympas pour décrire les raisons pour lesquels tu devrais toujours essayer de vivre dans un autre pays :


« Travailler à l'étranger est une façon fantastique d'apprendre à mieux connaître un pays. Tu as la sensation de voyager, tout en gardant ce sentiment de sécurité, que tu as quand tu es chez toi, et si tu trouves le moyen de bien t’entourer, tu pourras voir une nouvelle facette du pays que tu aimes tant. »


Et toi ? Quand est-ce que tu aimerais déménager dans le pays de tes rêves ?

 

Si tu as besoin de plus d'informations sur la façon de te préparer à travailler à l'étranger ou tu dois encore répondre à la question la plus importante : « Est ce que je suis fait pour travailler à l'étranger ?! » Dans ce cas, n'hésite pas à consulter notre mag pour en savoir plus.